AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  FAQ de MPFAQ de MP  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  





Aller à la page : Précédent  1, 2
 
» Un chemin hasardeux


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7964

Région : Kanto | Hoenn
Lun 7 Aoû - 5:36
La première fois est toujours particulière, en effet. Plus encore quand il ne s’agit pas d’un de nos Pokémon. De mon côté aussi, c’était celui d’une amie. J’ignore pourquoi je précise tout cela en réponse à ce qu’elle me dit quant à mon interrogation sur l’emploi du mot bizarre. Le bon point est maintenant qu’elle a la certitude que je peux comprendre son appréhension. On ne sait jamais comment peuvent réagir les compagnons d’autres personnes. La conversation se retrouve coupée par Hei qui s’adresse à moi dans l’oreillette, alors je n’ai pas vraiment conscience de ce qui se dit autour de moi. J’entends surtout Knight qui émet un doux son. Et il en fait un second un peu plus tard, tandis que je coupe la communication. Je présume que sa passagère a dû lui parler. Il est toujours réactif à ce qu’on lui dit, comme la plupart de mes Pokémon. Il n’y a que Scy et Leon qui peuvent parfois manquer d’expression, surtout envers des personnes qu’ils ne connaissent pas. Je ne doute pas que Ly tentera aussi d’amorcer la conversation avec le Lucario à un moment ou à un autre. Il est habitué aux tempéraments froids avec le Dracaufeu. Ça n’est pas ce qui l’arrête ou le dissuade de bavarder. Ça sera à voir selon la réaction de l’autre Pokémon. Il ne peut pas non plus le forcer à lui répondre. Bref, je réponds à ce qui m’est dit, ne réagissant pas trop à la question étrange concernant mon chef. Si nous avons certes des conditions à respecter chez Shadow’s Path, ce n’est pas le chef de l’équipe qui applique des sanctions s’il y a un manquement. C’est plus haut que ça se fait et je ne veux pas savoir quel genre de sanctions il y a. L’organisation est stricte à bien des niveaux, surtout sur la confidentialité qui va dans tous les sens, mais je m’y sens tout de même bien et je n’ai aucune raison de ne pas respecter les règles. Je n’ai pas le droit d’en parler, alors je ne le fais pas. Puis, pour la Ligue des rangers de Kanto, les bases sont plus connues des gens extérieurs, quand on prend le temps de s’y intéresser. C’est beaucoup moins rigide de ce côté, sauf qu’il y a certains points avec lesquels j’ai du mal. Un esprit rebelle chez moi qui ne comprend pas, surtout, pourquoi nous devons nous limiter à une équipe officielle pour travailler.

C’est une logique qui t’échappe, estimant qu’il est dommage de devoir te priver des atouts de tes autres compagnons. Ils ont chacun leurs forces et leurs faiblesses.

La réponse de mon interlocutrice me laisse perplexe pendant un moment. Elle m’empêche de faire mon travail. Si elle n’était pas venue dans la zone dangereuse, je n’aurais pas eu à intervenir et je me trouverais encore aux côtés de mes équipiers. La mission pourrait même être terminée. Par contre, il est vrai que je n’étais pas obligé de la conduire à Parmanie. J’aurais pu être plus ferme dans le fait de la ramener à Cramois'île et qu’elle se débrouille ensuite pour prendre un bateau. En y songeant plus, c’est ce que j’aurais dû faire. La priorité doit aller au travail et à la mission en cours. C’est bien la première fois que ce n’est pas le cas. Il est vrai que nous étions très avancés quand je suis parti à la demande de Hei, mais ce n’est pas une raison pour me comporter de la sorte. J’ai tout de même la courtoisie de ne pas partager cette pensée avec la jeune femme que j’accompagne. Ça a été ma décision, elle ne m’y a pas contraint. S’ils ont besoin de moi, ils me le diront et j’enverrai un de mes Pokémon. Je dis ça, mais les choix sont plutôt restreints, puisque mes trois dragons sont occupés en ce moment... Knight peut très bien transporter deux personnes, mais je ne sais pas si je serais à l’aise avec l’idée, pour envoyer Leon. Elle n’aura qu’à rappeler son Lucario et j’enverrai Ly. Là-dessus, je serais inflexible. Ce n’est pas nécessaire jusqu’à présent alors je ne m’attarde pas sur ce point. J’apprécie qu’elle aime autant sa première expérience. Il faut dire que ça se passe bien mieux que la mienne, mais elle ne semble pas avoir le genre de problèmes que j’avais suite à mon coma. C’est quelque chose que j’aurais peut-être dû demander avant de nous lancer, il est trop tard maintenant. En tout cas, elle est plutôt curieuse et cette fois, je n’hésite pas à répondre. Depuis qu’ils sont à ce stade d’évolution, et donc capables de voler, que nous parcourons les cieux ensemble. Il leur arrive aussi de partir explorer le monde d’eux-mêmes, sans trop s’éloigner. On a développé un système pour tous se rassembler en cas de besoin.

Tu t’arrêtes là, désireux de ne pas tout dévoiler de tes méthodes. Il y a des choses que tu tiens à garder pour toi.

C’est bien d’être tombé sur une personne qui partage mon avis sur cette activité qu’est le fait de chevaucher un Pokémon. Elle aurait pu avoir des malaises ou trop de stress, ne pas apprécier la sensation des hauteurs. Ça ne doit pas être tout le monde qui est capable de le tolérer, comme Ferir. Il a peur et il n’a pas du tout aimé quand il a dû chevaucher Leon lors du sauvetage de Thor. Je le comprends, c’était une première expérience. Mon Dracaufeu n’est pas du tout délicat et mon Leviator ne se laissait pas approcher. Ça réunit plusieurs mauvaises conditions pour que l’expérience ne soit pas plaisante. Puisque tout va bien ici, je demande à mes dragons de descendre. Si je peux lui faire découvrir d’autres sensations ainsi, avec le vol juste au-dessus de l’eau, je ne vais pas l’en priver. Leon descend lui aussi, mais moins, gardant une distance sécuritaire avec la mer. Je mentionne donc à Sanea qu’elle peut toucher l’eau et qu’on peut aussi ralentir la vitesse de vol. Par contre, je ne m’attendais pas du tout à cette réponse de sa part. Je l’ai vraiment appelée Sanea? Je n’ai pas réalisé... Sur le coup de la surprise, je me suis redressé, adoptant une posture rigide. Je remarque qu’elle tente de me regarder, ce qui m’embête parce que je sais que toute la nostalgie que ce prénom m’évoque paraît en ce moment. Ça me ramène en arrière... C’est toujours douloureux de penser à Sanea, même si ça fait déjà plus de seize ans. Elle a joué un rôle si important dans ma vie, elle m’a permis de connaître du positif quand je n’en avais pas chez moi. Elle a été la première personne que j’ai aimée. Perdu dans ce genre de pensée, je n’entends pas vraiment ce que Sanae me dit. Je discerne juste sa voix, jusqu’à ce que je comprenne qu’il aurait peut-être fallu que j’écoute... Je ne la ferai pas répéter. Je me dis que je pourrais fournir une raison bidon pour m’être trompé, mais si elle m’a vu, elle saura que je cherche à dissimuler la vérité. Par contre, on ne peut pas dire que ça la concerne.

T’ouvrir aux inconnus est vraiment quelque chose de difficile pour toi.

Pardon, j’avais une amie qui s’appelait Sanea, j’ai confondu sans m’en rendre compte. Je serai plus vigilant. Je ne veux pas approfondir plus, c’est bien suffisant. Mon regard se perd à l’horizon, j’essaie de ne plus penser à toute cette histoire. La sœur de Ferir est toujours un sujet très délicat pour moi. J’aurais dû l’accompagner à la fête le soir de sa mort, j’aurais pu veiller sur elle... Les événements se seraient peut-être déroulés différemment. J’ignore si ma vie aurait pris le même tournant, j’ignore si elle aurait encore voulu de moi, sauf qu'au moins, elle serait en vie. Pourquoi faut-il que ça me revienne en tête une nouvelle fois? Au moins, quand je pense au fait que je n’ai pas rétabli la communication avec mon équipe, ça m’occupe. J’appuie sur le bouton, mais il n’y a personne qui me parle. Il y a aussi le fait que Gey est restée à Cramois'île. Elle n’a plus besoin de me prévenir de quoi que ce soit, et elle doit déjà savoir que nous avons quitté l’île. Je siffle tout de même, désireux d’attirer son attention pour qu’elle nous rejoigne. Vu notre vitesse de vol actuelle, elle n’aura aucun mal. Cela fait, je continue de regarder l’horizon, respirant calmement.

Ta rigidité est difficile à outre passer. Tout ce qui touche les sentiments t’ébranle.



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1215

Région : Sinnoh
Sam 12 Aoû - 18:26
La réponse d'Azamir face à ma remarque me surprend. Enfin, elle me surprend dans le bon sens du terme, car j'ai l'impression qu'il s'ouvre un petit peu plus et c'est plaisant. Non pas qu'il ne l'était pas jusque là – enfin si – mais comme il parlait de sujets qu'il aimait, il m'a semblé juste faire son « travail » en tant que ranger. Mais là, il parle de choses plus personnelles et ça me rassure. Etant donné que depuis le début je parle pas mal de moi, je trouverais ça étrange qu'il n'en fasse pas autant dans le sens où c'est toujours une ouverture des deux sens. Bon après, évidemment, ça ne peut pas l'être tout le temps. Mais comme maintenant il s'ouvre, je ne vais pas laisser passer cette occasion. « Oh, c'est vrai ? Est-ce que c'était une super première expérience ou c'était une catastrophe ? » Je lui demande avec un sourire en coin, m'imaginant cet homme baraqué, froid et réservé tomber du dos d'un pokémon de manière misérable, telle une patate sur le sol – sans aucune délicatesse quoi. Mais je ne vais pas le dire à voix haute, sinon son Dracolosse va me balancer dans la mer, et ce serait un peu difficile d'aller au Parc Safari à la nage sans connaître la direction.

Pendant la petite pause qu'Azamir prend pour parler avec son chef, je parle à Knight et il émet des sons si doux, j'ai envie de le câliner. Mais je ne le fais pas, déjà parce que ce n'est pas mon pokémon, et en plus c'est une bête qui fait deux fois ma taille et trois fois mon poids, je ne préfère donc pas agir n'importe comment si c'est pour me retrouver sous sa colère parce qu'il n'est pas câlin. A côté, j'entends de petits murmures, probablement la conversation qui débute entre Ly et Sniper. Je ne sais pas s'ils s'entendent bien, mais à en juger par les tons employés, ils ne vont pas se sauter dessus.

Ensuite lorsque je mentionne sa mission et le fait de le déranger, il me dit qu'il enverrait un de ses pokémons. Ils n'ont donc pas besoin d'être directement sur place pour aider leurs coéquipiers ? Ou peut-être est-ce simplement parce qu'il est ranger depuis un moment, que ses pokémons sont expérimentés et que son équipe peut travailler avec ses pokémons sans qu'il ne soit présent... Dans tous les cas, ça m'étonne que ce soit aussi « simple » que ça, que d'envoyer son compagnon. Mais bon, je ne vais pas interroger toutes les facettes et les choix d'un ranger, ce n'est pas ma place de toute façon.
Le ranger me révèle ensuite l'expérience de ses pokémons ailés. Ça devait être quelque chose, de voir ses pokémons grandir et évoluer, puis les voir au maximum de leur potentiel pour prendre leur envol. Et en plus de ça, ils volent tous seuls. Je crois que si Azamir voulait me vendre la beauté des pokémons vols, il a réussi. « Oh je vois. C'est fascinant ! » Et ils ont également un moyen de tous se rassembler ? Comme un sifflet ou un sifflement peut-être, ça se voit beaucoup dans les films. S'ils sont trop loin par contre, je suppose que ça marche pas...

Alors que nous descendions plus bas pour atteindre l'eau, le ranger m'appelle par un autre prénom. En soit, ce n'est pas si dérangeant ou embarrassant, c'est compréhensible qu'il puisse se tromper de prénom étant donné qu'on vient juste de se rencontrer – et puis nos prénoms, c'est surtout à but professionnel vu qu'il est théoriquement en mission. Alors quand je tourne la tête pour tenter de le voir, j'attrape juste ce petit mouvement où il se redresse. Je le sens tendu. Pourtant, ce n'est qu'un prénom, rien de bien méchant. Si je devais me fâcher à chaque fois qu'on prononçait mal « Sanae », plus personne n'aurait envie de me parler. Et puis ce n'est pas quelque chose qui m'embête. Mais apparemment, ça embête beaucoup Azamir. Et je le trouve étrangement rigide pour quelque chose qui me semble anodin.

Ce que je n'avais pas prévu, en revanche, c'est sa réponse. J'ai l'impression que son ton a changé, qu'il est plus... moins invincible ? Moins sûr de lui ? Vulnérable. Il a l'air vulnérable. Et ça m'intrigue, sachant qu'il emploie le mot « avais ». Et... je pense que je ne devrais vraiment, mais vraiment pas commencer là-dessus, mais ça sort tout seul avant même que je ne puisse me poser la question. « V-Vous aviez une amie... ? » Sanae, qu'est-ce que tu peux être bête. « Euhm, pardon, ce n'est pas ce que je voulais dire. Enfin, si. Mais non. Euh. » Roh la la, et je suis censée rattraper ça comment, maintenant ? Pourquoi je ne peux pas réfléchir avant d'agir parfois ? Ça me dépasse. Je me dépasse quoi. C'est... hilarant. « Je suis désolée. Je ne voulais pas vous faire remémorer des souvenirs douloureux. Pardon. » J'arrête de le regarder et me retourne, laissant mes yeux fixer l'horizon. Je me sens à mon tour tendue, stressée par ça. Parce qu'il n'y a pas pire que la mort d'un être cher. Et quand je pense à ça, inévitablement, l'image de ma mère revient.

Après un silence, je me décide à reprendre la parole. Ma voix est un peu hésitante, mais je fonce. « C'est drôle, les chemins hasardeux. » Je sors, de but en blanc. Je laisse une courte pause avant de reprendre. « Quelles étaient les probabilités que j'ai un prénom qui ressemble à celui de votre amie ? Et quelles étaient les probabilités que nous ayons perdu tous les deux un être cher ? Le hasard me dépasse. » Je ne sais pas pourquoi je me confie de la sorte, que ce soit pour le « consoler » ou dériver légèrement le sujet... Dans tous les cas, ça fait du bien d'être avec quelqu'un qui partage la même douleur. Je ne sais pas depuis combien de temps son amie n'est plus, mais je sais parfaitement que le temps n'est en aucun cas un indice concernant la douleur que l'on ressent. Il est difficile de s'habituer à l'absence quand on était habitué à la présence.

Je me perds dans mes pensées, ne sachant pas quoi dire ni quoi faire de cette situation. Je sens mon cœur se serrer et je n'ai pas la tête à continuer ce voyage – alors que je sais pertinemment que je n'ai pas le droit, et de toute façon on ne peut pas. Sans m'en rendre compte, mon étreinte sur Knight se resserre, et je le sens émettre un son qui m'indique qu'il n'aime pas. « Ah, p-pardon Knight... » C'est ridicule. Ça fait huit ans, je m'étais promis d'arrêter de pleurer la mort de maman, mais à chaque fois je sens les larmes monter. Je veux être forte. Je veux arrêter de pleurer. Alors pourquoi je n'y arrive pas ?



    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7964

Région : Kanto | Hoenn
Sam 19 Aoû - 17:50
Une bonne expérience, mais elle fut plutôt courte. Je voulais l'avoir avec Leon, qui n'était qu'un Reptincel à ce moment, sauf que je n'ai pas résisté quand elle m'a proposé. J'espère que ces explications suffiront. Je ne veux pas mentionner que je me sortais du coma, que ça ne faisait pas très longtemps que mon congé d’hôpital était signé et que j’avais encore des effets secondaires, que je devais être au repos complet. Parler de mes blessures me dérange. Ça ne concerne personne d’autre que moi. Ce n’est pas le genre de choses que je souhaite aborder avec des inconnus, bien qu’on puisse dire que je l’ai fait avec Gaeriel. Elle a su tellement de choses à mon propos lors de notre rencontre. Par contre, je sentais que je pouvais m’ouvrir à elle. Il y a déjà une forte amitié entre nous et je pense qu’elle ne fera qu’augmenter au fil du temps. Je ne vois pas ce qui l’en empêcherait, mis à part une conversation qui lui révélerait que mon ancien travail était au sein de la Team Rocket. C’est quelque chose qui ne doit absolument pas survenir, même si je ne suis pas à l’aise avec l’idée de mentir, en quelque sorte. Tant qu’aucune question ne m’est posée... J’essaie donc de couper cette conversation, désireux de ne pas me prendre d’autres questions. Aucune fuite n’est possible en plein vol. Je ne peux pas demander à Leon de s’éloigner. Il faut que je surveille ce qui se passe et que je puisse réagir en cas de besoin. Il en va de mon devoir. Et parlant de mon devoir et de responsabilités, le fait que j’étais en mission jusqu’à présent me revient quand Hei me parle. Peu attentif à ce qui se passe autour, je me concentre là-dessus. Je me dis que c’est le moment pour eux d’échanger avec mes compagnons, s’ils le souhaitent. Au moins, cette coupure a le mérite de faire changer le sujet, d’abord sur mon chef et mon travail, ensuite sur les facultés de mes Pokémon en vol. Il est normal qu’elle se pose des questions si elle ne connaît pas beaucoup les Pokémon dotés d’ailes. Je les aime tellement que ça ne me dérange pas du tout d’aborder ce sujet. Ça doit se voir dans mon attitude.

Quand il s’agit d’une de tes passions, tu peux devenir plus loquace, tu peux t’ouvrir.

Je pense que mon style de dressage va très bien avec l’idée de liberté que je me fais quant à la sensation de voler. Voilà sans doute pourquoi mes compagnons et moi nous entendons si bien. Nous n’avons jamais eu de gros différents, sauf quelques rares cas, comme Scy et son vandalisme, Thor et son tempérament difficile puis Drif et cette tendance à la farce qui n’est pas drôle, qui peut même être dangereuse. Elle a déjà caché les médicaments des protégés du refuge de Ferir... Ça n’avait rien de marrant. Au moins, ils sont de plus en plus faciles à contrôler, sûrement parce que je deviens plus sûr de moi au fil du temps. Je n’y connaissais rien en Pokémon avant mon réveil du coma. J’avais tout à apprendre. Je suis assez fier aujourd’hui de pouvoir passer pour un expert. J’ai dû travailler fort pour mémoriser un maximum d’information en peu de temps, pour rattraper cet énorme retard. Je partage donc de ma passion et de mon savoir avec la jeune femme, prenant goût à le faire. Je ne m’attendais pas à cela quand Hei m’a envoyé pour sécuriser la zone. Je m’étais dit que je resterais froid et que je me contenterais de dégager la personne, sans plus. C’est ce que j’aurais dû faire, priorisant le travail. Avais-je des regrets? Pas vraiment. Je ne me sens pas mal, la mission allait très bien. Puis, c’est une autre des décisions douteuses de Hei. Qu’il vive avec. Bref, Sanae est très réactive à mes explications, à ce que je dis en lien avec mes compagnons. Je décide donc de lui faire vivre une expérience de plus en vol, soit celle de pouvoir toucher la surface de l’eau. Même pouvoir regarder de si près, de peut-être apercevoir des espèces de Pokémon qui y vive, quand l’eau est assez claire pour le permettre. Il y a toutes sortes d’expériences uniques en vol. Elle ne pourra pas toutes les découvrir cette fois. Un jour, qui sait? Je souhaite lui avoir donné envie de recueillir un Pokémon doté d’ailes, qui pourra la transporter. Nouer des liens avec son compagnon dans de telles circonstances est facile. Il suffit de voir à quel point j’ai pu rapidement m’ouvrir à eux.

Tu n’éprouves aucune méfiance envers ces créatures. Elles ont su rompre cette crainte que tu avais à cause de ton père, toujours de ton père...

Je n’avais pas réalisé que je m’étais trompé de prénom. Pourtant, quand elle s’est présentée, la ressemblance m’a frappé. J’avais eu la réflexion que je devais faire attention et être vigilant. Ça m’apporte une situation que je ne voulais pas, soit celle de souvenirs qui refont surface. Je ne parviens pas à associer mon amie à juste du positif. Il y a toujours la douleur de sa perte, la culpabilité de l’avoir laissé tomber... Ce sentiment que c’est de ma faute si elle nous a quittés bien trop tôt, ce sentiment d’échec de ne pas avoir pu la protéger. Surtout du négatif, ça a toujours été du négatif. Je devrais être habitué. Mes réactions me trahissent, j’en viens à m’excuser d’avoir confondu, puis je me sens bête d’avoir parlé au passé. Alors que mon regard se perd vers l’horizon, j’espérais que le sujet serait clos, sauf que ce n’est pas le cas. Surpris par la formulation employée, je ne réponds rien dans un premier temps. Je ne saurais pas quoi dire de toute façon. Sanae semble comprendre d’elle-même son erreur, sans que je puisse placer un mot. Elle s’excuse d’une manière maladroite avant de se reprendre. Elle me semble vraiment mal à l’aise de ce qui vient de se passer. Je le suis aussi, c’est un sujet sensible dont je n’avais aucune envie de parler, encore moins avec une personne que je ne connais pas beaucoup. Même Gaeriel ne sait rien de la sœur de Ferir ni même de ses parents. Je ne lui ai pas du tout parlé de ma famille. Ce n’est pas grave. C’est tout ce qui parvient à sortir de ma bouche. Les mots ont été dits sans que je dévie mon regard du ciel, de l’horizon. Je présume qu’elle changera de sujet et ce mauvais moment sera du passé. Mes pensées reviendront sur quelque chose de plus joyeux.

C’est ce que tu croyais, mais tu n’étais pas au bout de tes surprises.


En effet, après un temps de silence, la jeune femme le rompt. Je sentais Leon qui n’appréciait pas non plus la tournure des événements. Les Pokémon sont naturellement empathiques. Ils peuvent ressentir bien plus d’émotions que nous. Ils ne sont pas les plus démonstratifs qui soit, bien que Knight plus que les autres dragons, mais ils comprennent la peine. Mon Dracaufeu n’apprécie pas et il faut que je le contienne doucement, le lui faisant comprendre par des touchés, sans avoir besoin de parler. D’ailleurs, j’ignore quoi dire en réponse. Je ne trouve pas ça drôle comme coïncidence. Puis, elle parle de probabilité, mentionnant la perte d’un être cher. Pour ma part, c’est bien plus qu’un. Il y a eu Sanea, ses parents qui étaient mes presque parents adoptifs et Isiel. J’ai côtoyé la mort à de multiples reprises, la semant sur mon chemin au fil des diverses missions qu’on me donnait, mais je ne peux pas être insensible face à ces morts-là, même si les années défilent. La perte d’un être cher est bien plus commune qu’on aimerait le croire. Je suis peut-être trop rationnel, mais ça m’aide à ne pas me laisser affecter. Je n’ai pas envie de ça. Encore une fois, tu as vraiment du mal avec les émotions, désireux de les fuir au lieu de les vivre. Tes deuils ne sont pas pleinement faits, voilà pourquoi tu en souffres autant. C’est quelque chose que même le temps ne peut effacer... Je murmure, fermant ensuite l’œil. Pourquoi y a-t-il toujours des sujets qui fâchent? J’aimerais que Gey arrive maintenant, elle pourrait faire en sorte que la conversation revienne sur elle. En attendant, je ne sais pas quoi faire. J’entends Knight qui émet un son qui n’est pas joyeux, alors je regarde ce qui se passe. Me trouvant derrière, je ne décèle pas grand-chose. On remonte. Je formule cette demande à mes compagnons qui m’écoutent aussitôt. Pour ma part, j’ai besoin de prendre de la hauteur. C’est vital.

Tout est bon pour fuir, pour ne pas réaliser que tu souffres de la perte de toutes ces personnes que tu aimais.



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1215

Région : Sinnoh
Mar 29 Aoû - 13:44
Pouvoir expérimenter une telle chose grâce à une amie doit être sympa. Il y a déjà cette touche entre les deux personnes, l'amitié qui les lie, alors le ranger devait être un peu plus confiant et à l'aise que je ne le suis aujourd'hui. Enfin, c'est qu'une hypothèse, si ça se trouve, il ne l'était pas du tout. Difficile à dire puisqu'il est assez fermé niveau expression. « Oh je vois. Ça se comprend, c'est une offre difficile à refuser ! » Devoir imaginer Leon à son stade d'évolution antérieur n'est pas la chose la plus facile à faire quand on voit à quel point il est imposant maintenant. Je sais à quoi ressemble un Reptincel – dans les recherches de papa, il y avait les starters de toutes les régions avec leurs évolutions – mais je ne sais pas pourquoi je le vois bien plus grand que la moyenne avant d'évoluer. Dommage en tout cas qu'il n'ait rien d'autre à raconter à ce propos, mais je suppose que c'était une expérience plaisante et qu'il n'a pas envie de m'en dire plus, ce que je peux parfaitement comprendre. Après tout, nous ne sommes pas amis, il n'a pas à me parler de tout ce qu'il a vécu et ressenti durant son premier vol s'il n'en a pas envie. Déjà qu'il est plutôt réservé, je ne vais pas l'inciter à continuer dans son récit s'il veut rester vague.

La suite du vol se passe relativement bien. En réalité, je ne pensais pas que ce serait aussi plaisant et « facile ». A chaque fois que je voyais passer des pokémons dans le ciel avec un dresseur sur leur dos, je me disais qu'il leur a fallu bien des heures et des heures de travail avant d'arriver à voler avec une telle aisance et rapidité. Bien sûr, je ne remets pas en cause le travail pour autant, car ce n'est pas du jour au lendemain qu'il est possible d'accomplir tout ça, et je le vois bien avec les pokémons d'Azamir. Ils ont dû parcourir pas mal la région ensemble pour connaître le chemin, et même que ses compagnons partent seuls parfois. Le résultat de tant d'heures de vol paraît toujours fait avec aisance et simplicité, nous ne voyons que le résultat, jamais le chemin qui a amené à ce résultat. Bon, en soi, les gens s'en moquent de savoir tout ça. Mais ça m'intéresse.

Bref. Le coup où le ranger s'est trompé de prénom ne m'a pas dérangée. Je ne peux pas lui en vouloir, sinon j'en aurai voulu à Sean depuis mon enfance. C'est ce qui arrive après qui est gênant. Je ne voulais pas lui faire remonter des mauvais souvenirs comme ça alors que je le sens bien qu'il ne l'a pas dit exprès pour qu'on dévie sur ce sujet – qui le ferait ? Une perte reste une perte, peu importe comment on en parle ou quand, c'est une douleur qui ne s'estompe que difficilement ou très rarement. Pas tout le monde parvient à oublier la douleur ressentie à la mention de la personne décédée. Azamir a beau avoir dit que ce n'est pas grave d'avoir creusé plus profondément le sujet, je sais que je n'aurais pas dû. Moi-même je ne voulais pas entrer sur ce terrain miné. Et pourtant, je l'ai fait. Il faut vraiment que j'arrête de me laisser contrôler par mes émotions et sache garder les choses pour moi quand je sais que je dois le faire. Je ne lui réponds pas, car je ne fais pas confiance à ma voix. Et puis de toute façon, je ne vois pas ce que je pourrai lui dire de plus pour apaiser l'atmosphère sachant que j'ai déjà tout chamboulé. Je baisse juste un peu plus la tête, n'ayant pas envie de faire ni voir quelque chose en particulier.

Les paroles du ranger résonnent dans ma tête. A travers sa voix, même si je ne vois pas l'expression qu'il a actuellement sur le visage, je peux y déceler de la tristesse et de la douleur. Alors que je le pensais plutôt froid et réservé, ne montrant pas ses émotions même par la parole, je vois que je me suis trompée. Et ce n'est pas pour autant que j'en suis ravie, loin de là. J'aurai préféré que cette discussion ne tombe pas comme ça entre nous, que ça arrive d'une autre manière plus volontaire ou dans un meilleur contexte... Évidemment, on ne choisit pas le moment ni la conversation qui s'y passe. Mais quand même. « Oui... C'est une chose à laquelle on tente de s'habituer, mais ce n'est pas aussi simple. » Je ne sais pas pourquoi je le dis, pour moi-même ou pour Azamir, mais dans les deux cas nous le savons. S'habituer au vide qui s'est créé, à la tristesse, ce n'est pas possible ; le vide sera toujours là.

J'entends le ranger ordonner à ses pokémons de reprendre de l'altitude. J'aime bien être près de l'eau, mais s'il faut remonter, je ne vais pas me plaindre. Reprendre de la hauteur m'aide à respirer, à me reprendre. J'avais les yeux qui piquaient, des larmes menaçant de couler, alors sentir le vent me fait du bien. Je n'ai pas envie de reprendre la parole tout de suite, et de toute façon je ne pense pas qu'Azamir ait envie de discuter de quoi que ce soit. Ça doit être bizarre maintenant.
Je tourne légèrement la tête pour voir mon pokémon, et je vois les yeux de Sniper déjà sur moi, l'air inquiet. C'est vrai qu'il a son espèce de pouvoir qu'on appelle aura et qui lui permet de détecter les êtres vivants à une certaine distance, mais aussi à ressentir les émotions. Même si je suis sûre qu'il n'y a pas besoin de les ressentir pour les deviner. Je lui souris, signe que ça va aller. Et vu la réponse qu'il me donne avec son expression, il n'y croit pas trop, mais ne demande pas à Ly de se rapprocher pour être plus près de moi ; il comprend que j'ai besoin d'un moment de distance, le temps de me reprendre.

Le silence n'est pas désagréable pendant un petit moment. C'est ce dont nous avons besoin je pense, et c'est mieux ainsi. Enfin, sauf le truc bizarre au loin qui a l'air de venir dans notre direction. « Euhm, Azamir... Qu'est-ce que c'est, là-bas ? » Je pointe du doigt l'espèce de masse noire qui se rapproche – ou est-ce que c'est nous qui nous rapprochons d'un point immobile ? – et qui ressemble fortement à des pokémons volants. Mais plus on avance et plus leurs cris deviennent forts, stridents même. Je sens Sniper devenir rigide, tendu. Sur terre ferme il est à l'aise, mais là il se sent complètement vulnérable et ce n'est pas étonnant.


Du coup j'ai fait apparaître la péripétie, mais si ça ne te convient pas, dis-moi ! o/ (j'étais pas sûre de comment le faire arriver xD)



    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Modo CDT & Ranger

C-GEAR
Inscrit le : 24/12/2013
Messages : 7964

Région : Kanto | Hoenn
Jeu 7 Sep - 6:07
J’ai toujours été attiré par les hauteurs et par le ciel, alors je n’ai pas pu refuser. À nouveau, j’exprime quelque chose que j’estime personnel en réponse à ce que Sanae me dit. J’ai du mal à me méfier des femmes, je m’ouvre plus facilement avec elles. Puis, je sens que celle-ci n’est aucunement dangereuse. Je n’ai pas à m’en inquiéter, elle n’a pas du tout le profil d’une membre des Rockets. Néanmoins, parler de tout et de rien, de choses trop personnelles, ça ne me caractérise pas. Ce détachement qui est mien me convient parfaitement et s’il dérange, ce n’est pas mon problème. Bref, je ne m’y attarde pas plus longuement. La conversation se poursuit et l’inévitable se produit. J’avais fait le rapprochement quand elle s’est présentée entre son prénom et celui de ma défunte amie, mais je n’aurais pas cru que je me tromperais vraiment en parlant. Je me sentais bien, je voulais lui montrer les plaisirs possibles pendant le vol à dos de Pokémon, soit de toucher l’eau, de pouvoir regarder la mer de cette façon, de ressentir la brise marine et les petits éclats des vagues, sauf que cette sensation est chassée. Si le fait de l’avoir nommé Sanea n’est pas si dérangeant sur le coup, ce qui l’est plus est qu’elle insiste sur le temps de verbe que j’ai employé. C’est le genre de conversation que je n’aurais pas cherché à avoir. Je constate par la suite qu’elle n’a pas voulu mal faire, mais c’est maintenant trop tard pour revenir en arrière, pour agir comme si de rien n’était. C’est ce que j’aurais voulu, et ça m’embête beaucoup. Je ne veux pas parler de ces personnes disparues avec qui que ce soit. J’évite même la conversation avec Ferir, sans doute parce qu’il s’agit de sa famille, mais aussi de la mienne d’une certaine façon. En tout cas, ils l’ont été bien plus que ma vraie famille. Puis, c’est source de conflit entre mon meilleur ami et moi. Ça finit par tourner autour de l’héritage qu’ils m’ont laissé et je n’en veux pas, ce que Ferir ne comprend pas. Même en ce moment, je n’ai pas l’envie de songer à tout cela. Ça remonte trop de souvenirs...

Ta tendance à fuir est encore présente. Il te faudra du temps pour enfin affronter ton passé, pour cicatriser certaines plaies, dont les deuils qui ne sont pas faits.

Quelques mots sont tout de même échangés. Je ne parviens pas à rester silencieux et je n’en comprends pas la raison. Ça ne me ressemble pas. Pourtant, je ne me force pas. Ça me vient naturellement, même si je suis aussi perturbé par toute cette histoire, par ce moment. Il y a ces émotions que j’ai longtemps esquivées, elles sont désormais présentes et je dois vivre avec, jusqu’à ce que tout se calme. Je ne réponds pas aux dernières paroles de Sanae. Je ne veux pas approfondir et c’est inutile d’acquiescer de vive voix. Personne ne peut contredire une telle chose. Je voudrais le faire et paraître insensible, détaché, sauf que c’est déjà trop tard pour ça aussi. Mon regard revient se perdre sur l’horizon tandis que je demande à mes Pokémon de reprendre de la hauteur. Je sens Leon qui est tendu. Il n’a pas connu toute cette partie de mon passé. Et heureusement, car je détestais alors les Pokémon. Par contre, puisqu’il n’était déjà pas très enthousiaste à l’idée que j’aide des inconnus, je sais qu’il pense que j’aurais dû ne pas le faire, que ça aurait évité la présente situation. Ça va. Je lui parle d’une voix basse, tapotant ensuite son flanc pour le rassurer. Il me faut juste quelques minutes de plus pour songer à autre chose. Puis, le voyage ne sera plus très long. Je pourrai retourner à ma mission et tout ceci sera derrière moi. C’est dommage, j’appréciais d’avoir pu montrer cette passion à une personne qui ne l’avait jamais expérimenté. J’ai toujours voulu le faire avec mon meilleur ami, mais il a peur des hauteurs depuis qu’il est tombé en bas d’une haute branche d’un arbre quand nous étions adolescents. Quand il a dû chevaucher Leon pour parvenir à approcher Thor dans le but de le soigner, il a eu peur aussi. Les mauvaises expériences se sont cumulées et depuis, il ne veut plus tenter. Je trouve ça vraiment dommage.

Mais tu respectes sa décision, désireux de ne surtout pas le contraindre à quoi que ce soit.

Mes compagnons continuent leur traversée. Celle-ci était jusqu’à présent tranquille, mais Sanae attire mon attention. Puis, je sens que mon Dracaufeu est plus agité. Je dévie le regard dans la direction pointée par la jeune femme, voyant au loin un troupeau de Pokémon qui approche. La plupart du temps, quand nous en croisons, ils ne se préoccupent pas de nous. Cette fois, les cris stridents me confirment qu’ils sont agressifs. Il y a vraiment quelque chose qui cloche dans le secteur... J’espère que mes équipiers ont pu déterminer ce que c’est pour rectifier le tout et ainsi éviter d’autres affrontements. Je pense rapidement à une solution. Je ne peux pas envoyer Ly ou Knight combattre, pas alors qu’ils transportent un passager qui n’est pas habitué. Il est vrai que le Lucario pourrait être utile, mais j’ignore jusqu’à quel point il peut être à l’aise dans un affrontement aérien. Bref. Je pense que ce sont des Rapasdepic. Nous avons dû déranger leur territoire, sauf qu’ils ne sont normalement pas si agressifs. On ne pourra pas les éviter. J’annonce tout de suite les couleurs, lui permettant de se préparer mentalement à cette éventualité. Au moins, j’entends un autre cri perçant venir de derrière nous, cri que je reconnais immédiatement. Gey passe à côté de moi, volant à grande vitesse, bien plus que la nôtre. Elle est une rapace, même si le combat ne lui plaît pas. Je vais avoir besoin de toi. J’adresse ces paroles à ma Roucarnage qui approuve d’un nouveau cri. On raconte que les Roucarnage et les Rapasdepic sont des ennemis naturels, ça sera le moment de confirmer ces dires. D’une main, je viens me saisir d’une autre de mes Pokéball, libérant cette fois mon Gueriaigle. Les deux se complètent très bien un et l’autre. Ils savent faire équipe, même s’il suffit de les regarder en ce moment pour comprendre qu’ils forment un couple. Cela fait, je demande à Leon de se positionner devant Ly et Knight pour m’adresser à Sanae et à son Lucario. Je vous demanderais de rester derrière. Vous n’êtes pas habitués de chevaucher, alors si ces Pokémon cherchent vraiment la bagarre, vous ne devez pas être dans les parages. Je tenterai de gérer avec mes deux rapaces, mais il se pourrait que j’aie besoin de Ly. Il faudra rappeler Sniper dans sa Pokéball.

C’est la seule solution qui est envisageable. Il est vrai que ce n’est pas si grave s’ils tombent à l’eau, mais s’ils se prennent une attaque avant de tomber, ça l’est bien plus.

Sans perdre plus de temps, je détourne le regard, me préparant à ce qui s’en vient. On y va! Je parle cette fois à mes compagnons. On les dévie de leur trajectoire. Leon peut enfin voler à pleine vitesse et il ne se gêne pas. Il reste cependant plus lent que les deux oiseaux qui n’ont pas de passager sur leur dos. Ainsi, ils arrivent avant à la rencontre de ce qui est bien un troupeau de Rapasdepic, confirmant aussi que ces derniers sont agressifs. Ils n’ont pas hésité à foncer sur le couple. Trouve leur chef. Mon dragon de feu sait ce qu’il a à faire. Les autres occupent le troupeau, mais ils ont forcément un leader. Si Dracaufeu se positionne dans ce rôle de notre côté, son égal se manifestera très vite. Leon pousse un puissant rugissement tout en continuant sa progression, puis je me prépare, extirpant mon sabre de ma main droite. Je suis tellement habitué de chevaucher que je n’ai plus besoin de me tenir, sauf dans de rares manœuvres plus périlleuses. Bref, mon Pokémon a su attirer l’attention sur lui et trois Rapasdepic viennent vers nous, les autres tentent de repousser Gey et Brav'. C’est un combat déséquilibré, mais je sais que nous pouvons le gérer. Leon commence tout de suite à les intimider par sa façon de voler, aussi en produisant de l’électricité avec son poing. Ça ne sera sans doute pas suffisant, sauf qu’il vaut mieux commencer plus doucement. Le but est de se défendre et de les forcer à changer de trajectoire, pas de les blesser inutilement.

Ton aisance se voit et tu te tiens prêt à agir pour te défendre à l’aide de ton sabre des éventuelles attaques.

HRP:
 



T-Card:
 

Autre compte:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Dresseur Sinnoh

C-GEAR
Inscrit le : 25/03/2014
Messages : 1215

Région : Sinnoh
Mar 26 Sep - 0:56
« Maintenant, je pense pouvoir comprendre. » Si je n'avais pas eu l'occasion d'expérimenter ce vol à dos de pokémon, je n'aurais pas compris – et ne comprendrais jamais. C'est vraiment une sensation unique et riche en sensations. Ça demande une concentration énorme, un certain équilibre, une confiance aveugle au pokémon que l'on chevauche et, bien sûr, ne pas avoir peur du vide. En tout cas, je ne dis rien de plus, car il n'y a pas besoin de faire continuer cette conversation ; le paysage qu'on a tout autour de nous est suffisant et demande toute mon attention. Je ne peux pas détourner le regard.

Et c'est à ce moment-là qu'il y a ce moment bizarre. Gênant. Et triste. Je ne sais même pas comment on en est arrivé là, entre l'inattention d'Azamir et mes questions trop indiscrètes qui mènent, de fil en aiguille, vers un sujet plus délicat. J'aurai pu me contenir, ne rien dire ni demander, tout simplement tout bloquer en moi et ne pas aggraver la situation. Mais, une part au fond de moi n'en avait pas envie. Elle voulait sortir, grimpant depuis les profondeurs de mon esprit, s'accrochant aux parois de mes défenses pour atteindre la minuscule lumière qui l'appelait. J'ai envie de m'excuser encore et encore auprès du ranger pour lui avoir fait remémorer de mauvais souvenirs. Même après l'avoir fait une première fois, j'ai l'impression que ce n'est pas assez et que ce ne sera jamais suffisant. Nous ne nous connaissons pas et nous tombons dans un sujet difficile à aborder avec nos proches. Pourtant, c'est étrange, mais je ne me sens pas gênée qu'il sache. Peut-être parce qu'il est dans la même situation ou peut-être parce qu'il donne envie de lui faire confiance malgré son air un peu froid et effrayant... Ou est-ce tout simplement dû au fait de voler avec ses pokémons ? Ces créatures reflètent généralement la personnalité de leur dresseur, et à en juger par leur comportement, ils sont très câlins et protecteurs, chose qui est facile à développer avec un dresseur sur qui on peut compter. Évidemment, ce n'est pas pour autant qu'il faut le prendre pour une généralité, mais à cet instant, je ne me sens pas irresponsable.

Lorsque je vois cette nuée devant nous, je commence à ressentir une certaine peur. Même Knight semble être moins détendu. Voler doit être bien pour se détendre, mais quand ils sont tendus, ça ne doit pas être facile de tout contrôler, entre sa trajectoire, ses ailes et les éventuelles attaques à lancer et esquiver... J'appréhende beaucoup cette rencontre. Je tourne la tête vers Sniper, un peu par panique et par envie de réconfort je l'avoue, et je ne suis pas déçue lorsque je croise son regard. Il a l'air aussi stressé que moi, mais il n'y a pas de peur qui peut y être lue, plutôt de la détermination à commencer un affrontement même s'il sait pertinemment qu'il est à son désavantage dans les airs – il n'a jamais réellement combattu dans les airs, mais il est du genre à vite s'adapter à la situation et est plutôt agile, donc je ne m'en fais pas tant que ça.

Azamir m'informe qu'il s'agit de Rapasdepic, pokémons qui ne sont normalement pas agressifs. Et qu'on ne pourra pas les détourner. « Oh. » J'ai la gorge nouée. Maintenant qu'il l'annonce clairement, c'est encore plus effrayant de se dire qu'on va leur foncer droit dessus et les affronter directement. Mais comment compte-t-il faire ? Je suppose qu'il a d'autres pokémons, mais Knight et Ly doivent être aussi de bons combattants... J'ai peur d'être un poids pour lui.
Un cri résonne dans les cieux, strident et puissant. L'origine de ce cri passe à côté du ranger et celui-ci lui dit d'avoir besoin de son aide. Un autre de ses pokémons volants. C'est vraiment une très belle créature, tout comme le suivant qu'il appelle, aussi splendide l'un que l'autre. Et ils ont l'air très proches. Bien que ce soit horrible ce qu'il risque d'arriver, je ne peux m'empêcher de trouver ce spectacle très beau ; voir deux pokémons ailés se battre dans les cieux contre d'autres du même type, c'est impressionnant. Comme si ce n'était pas réel.

Je suis cependant ramenée rapidement à la réalité lorsque le Dracaufeu arrive dans mon champ de vision. Azamir nous dit de nous écarter et rester à l'arrière pendant qu'il s'occupera de gérer la situation. Et qu'il aura certainement besoin de Ly, alors Sniper devra rentrer dans sa pokéball. Je n'ai pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'il est parti, son mode ranger activé et prêt à se débarrasser de ces Rapasdepic. Je cligne plusieurs fois des yeux, le voyant déjà parti faire ce qu'il connaît probablement à la perfection. Mais les pokémons sauvages sont nombreux, avec seulement trois pokémons, peut-il réellement les repousser ? Si Ly les rejoint, ce sera certainement mieux, mais j'ai peur que ces Rapasdepic soient anormalement agressifs, et qu'ils ne semblent pas partir à cause de quelques attaques. Il faut les surpasser en nombre.

Je jette un coup d'oeil à Sniper et Ly qui se sont rapprochés de nous. « Sniper, j'ai une idée. Mais Ly, il va falloir ta coopération. Je sais que ton maître souhaite que tu combattes librement, mais... Sniper peut vous aider. Il y a moyen. » Lucario pousse un grognement, prêt à combattre. Il n'est pas encore habitué, mais son agilité l'aidera. Je ne sais pas si le Libégon est bien d'accord, mais il n'a pas besoin de trop bouger non plus, et je ne vais pas me mettre à le commander alors qu'il n'est pas mon pokémon. « Le but est de les faire fuir, les empêcher de nous faire du mal à tous. » Si j'en crois la technique qu'Azamir est en train d'utiliser, en ne les blessant pas volontairement – et, oh mon Dieu, c'est un sabre qu'il a sorti ?! Ok, d'accord, euh oui. Bon. Calme-toi Sanae, il sait ce qu'il fait, il ne va pas découper ces pauvres oiseaux en deux. Respire. « Sniper, on y va, lance Aurasphère pour les écarter des deux pokémons d'Azamir ! » Libégon et Dracolosse semblent agités, sûrement parce qu'ils ne sont pas sous les ordres de leur dresseur. Mais ils n'ont pas besoin d'en faire tant, juste nous supporter encore un peu. La sphère du Lucario part et se niche entre les deux camps, faisant ainsi arrêter momentanément les coups, mais évidemment que ça ne va pas suffire. En plus du fait que ce soit du type combat, ils ne vont pas être impressionnés par une simple boule d'énergie qui ne fait que passer. L'avantage de cette attaque, c'est que Sniper n'a pas besoin de bouger, juste se concentrer pour ensuite lancer ses sphères.

Je sens qu'Azamir sera furieux, mais tant pis. Je fais appel à un autre de mes pokémons, et c'est Eclat qui apparaît. Elle est la seule de mon équipe à pouvoir se battre avec aisance dans les airs – ma Tylton n'étant pas encore prête – et elle sera utile dans la catégorie « gagner mais sans faire trop mal ». « Eclat, utilise Sécrétion pour les arrêter ! » La Charmillon chromatique s'envole et disperse l'attaque Sécrétion sur les pokémons adverses. Les fils se collent sur certaines ailes, faisant fuir deux des Rapasdepic qui ont du mal à garder leur vol intact, mais cela ne suffit pas. Évidemment. Et pour couronner le tout, un des Rapasdepic s'échappe du groupe et fonce sur Charmillon qui l'esquive de justesse, mais est légèrement déboussolée. Pourtant, ce n'est pas elle qui tombe. Non. Comme une véritable douée de l'équilibre, lorsque le pokémon volant nous frôle Knight et moi alors qu'on s'était déplacé – un peu plus proche de la grosse zone de combat que mène Azamir -, je sens la pression de l'air et de ses ailes et, sans m'en rendre compte, je perds prise. Chose que j'ai réussi à garder depuis le début, et quand il le faut, je n'y parviens pas. Il fallait bien que ça arrive, c'était trop beau pour être vrai. Et c'est aussi pour ça qu'Azamir nous a demandé de reculer, mais si j'ai pu l'aider alors je ne regrette pas – après tout, c'est de ma faute s'il se retrouve à nous escorter et devoir ensuite affronter cette horde de pokémons.

Je ne sais pas si mon cri peut passer à travers les sons stridents des Rapasdepic, ni si le grognement de Sniper est assez fort et menaçant pour que Ly le laisse sauter (j'espère qu'il ne le laissera pas), ou que l'attaque Sécrétion d'Eclat m'atteigne à temps, ou que Knight peut me rattraper, ou qu'Azamir soit assez proche. Tout ce que je sais, c'est que tous ces sons se mélangent et forment un brouillard dans mon esprit.



    Sanae - #DD2B2B | Jun - #8E9D27 | Sniper - #9999ff
    mini sacoche:
     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



C-GEAR
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
(Page 2 sur 2) Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Project d'un construction d'un chemin de fer reliant Haïti à la Dominicanie
» Chacun sa route chacun son chemin ♫ [ Libre 1 Personne ]
» Quand on est perdu, on demande son chemin. [TERMINE]
» Chemin détourné
» AU Creux du chemin noir

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Master Poké :: Le Pokémonde :: Région Kantô - 1E G E N :: Cramois'île-